Le Monde et Nous

Partir à la découverte du monde qui nous entoure, comprendre quelques phénomènes de la nature, observer, se tenir informés des découvertes scientiques ...

04 décembre 2009

Grippe A/ H1N1 : quelques lueurs dans le flou

Bonjour

Petit interlude perso :  blog  un peu silencieux ces derniers temps...pour différentes raisons d'ailleurs, mais je ne suis pas restée inactive pour autant dans mes différentes lectures et quêtes sur l'actualité scientifique et technique.
Alors l'une des raisons de mon silence est certes lié à mon manque de disponibilité, mais aussi à mon état de grossesse qui me prive d'une bonne partie de mon énergie depuis 5 mois.
Ce nouvel état a tout naturellement provoqué chez moi de nombreuses interrogations autour de deux sujets principaux : le premier concerne "l'allaitement maternel" et sera l'objet d'un prochain article.

Dans un second temps, je suis un peu perdue face à la somme d'informations délivrées (vérité, manipulation ?) sur la pandémie (si "pandémie" il y a) : la propagande médiatique est telle qu'il me semble difficile d'y voir réellement clair alors que nous avons tellement besoin d'avoir du recul. Je suis parvenue à me faire une petite idée, quant à la décision que je devais prendre concernant la vaccination à la fois pour mes enfants et pour moi-même. Alors je ne vous propose pas de grandes explications scientifiques (que je serais bien incapable de donner) mais juste un résumé de mes notes sur des éléments sûrs et vérifiables. Tous ces éléments sont essentiellement issus du site du Dr Marc Girard, que je remercie pour sa grande clarté, sa méthodologie, les premières lueurs claires dans ce flou médiatique. Je livre donc ici quelques points qui me semblent important d'être soulignés.

Tout d'abord, comment apprécier les informations dont on nous abreuve ? Méthodologie présentée par le Dr Girard et qui devrait s'appliquer à n'importe quel domaine.
- ne parler que de ce qu'on ne connaît pas (recherche documentaire oblige s'il ne s'agit pas de son domaine de prédilection)
- ne pas affirmer sans citer ses sources (afin que tous puissent vérifier)
- se baser sur des faits et non sur des interprétations (proscrire les arguments reposant sur les "on m'a dit que " et "je pense que")
- ne pas se laisser intimider ou impressionner quelque soit l'interlocuteur.

virus_influenz_vulgarismedical_
Source

La grippe A/H1N1 est-elle dangereuse ?
Elle semble être très contagieuse mais point si dangereuse qu'on veut bien nous le laisser croire.
Des chiffres pour étayer ce propos :
La grippe "classique" en France fait entre 4000 et 6000 morts par an. A ce jour, le bilan est à environ 80 décès pour la grippe A/H1N1.
Dans le monde, la grippe saisonnaire fait entre 300 000 et 500 000 victimes. A ce jour, le bilan est à environ 10000 décès pour la grippe A/H1N1.

On dispose également des retours d'expériences de l'hémisphère SUd sorti de la grippe (Argentine, Chili) : la morbi-mortalité grippale a été bien moins marquée que celle des années précédentes. Les chiffres pour l'Argentine, sont de 440 décès pour 812000 cas. La grippe saisonnaière causant entre 2000 et 4000 décès (source)

En ce qui concerne le profil de sévérité, il semble être différent de ce qui avait été attendu et déclaré par les médias : les Etats-Unis découvrent que la grippe ne tue pas plus les enfants que les personnes plus âgées.

Le comptage des cas
Il semble que le comptage soit une chose très difficile car comment diagnostiquer cette grippe, surtout lorsqu'elle passe inaperçu. D'autant plus qu'en France, on a fixé comme seuil justifiant de contacter son médecin traitant à "fièvre supérieure à 38 °C". Les tests de dépistage de la grippe étant fort couteux, ils ne sont réalisés que chez un faible pourcentage et pourtant, le cas est compté comme tel. Dans ces conditions, les chiffres montent vite.

Attitude du gouvernement et des autorités sanitaires
- on nous pousse à la vaccination, c'est un fait indéniable. Oui, mais les vaccins ont été achetés "en masse" avant même qu'ils n'aient été jugés conformes à la réglementation (NDLR : il faut donc bien les écouler)
- Les pouvoirs publics ont des liens significatifs avec des firmes pharmaceutiques et les liens d'intérêt des experts de la santé ne sont pas toujours clairement exposés (alors que la loi les y oblige).
- Je note que la Pologne refuse le vaccin "en masse" contre la grippe A, refusant que la population ne serve de cobayes; ce pays n'a en outre, pas d'intérêt économique majeur dans l'industrie pharmaceutique.
- pour justifier de l'extrême rapidité des tests d'évaluation, les autorités évoquent leurs nombreuses années d'expérience au sujet des vaccins anti-grippaux bien connus... NDLR : "Oui mais dans ce précis de la grippe A/H1N1, on nous affirme au contraire que le virus est tout à fait nouveau, ce qui devrait donc au contraire nécessiter un développement très long techniquement et reglementairement, avec une AMM qui prend des années"

Note sur le Tamiflu
Certaines expériences laissent penser que ce médicament pourrait aggraver les complications respiratoires du virus. C'est au Japon, gros consommateur de ce produit lors de la grippe saisonnière, que le plus grand nombre de décès ont été rapportés (Source)

Les laboratoires
Les vaccins font l'objet d'enjeux lucratifs faramineux. Le DG de Sanofi-Aventis reconnaît lui-même que la vente du vaccin est une "opportunité significative" en termes de revenus.

Le vaccin
A qui s'adresse-t-il ?
En priorité aux enfants et aux femmes enceintes, qui sont censées être les plus sensibles aux virus. Oui mais c'est justement sur ces catégories-là qu'on a le moins de recul par rapport au vaccin. Généralement, on introduit la vaccination chez les enfants et femmes enceintes, dès que le vaccin a été suffisamment testé chez les sujets "standards". L'Agence Européenne du médicament (responsable de l'AMM) reconnaît que l'action du vaccin sur les femmes enceintes n'est pas connue...

Ce qu'on ne nous a pas dit forcément de façon très évidente non plus : le vaccin est déconseillé aux patients ayant présenté une réaction allergique sévère aux oeufs, protéines de poulet, ovalbumine et quelques autres composés (à lire dans le document EMEA)

Autre chose à savoir : pour des considérations de conservation, dans les circonstances d'un vaccin fabriqué dans l'urgence, les laboratoires ont ajouté un conservateur à base de mercure. (source)

Quid des adjuvants ?
L'adjuvant est un produit ajouté au vaccin qui permet une meilleure réponse de l'immunité et donc une meilleure efficacité du vaccin. Oui mais si l'immunité est meilleure, les réactions auto-immunes aussi, réactions pouvant être dangereuses notamment pour les femmes enceintes et les enfants.
Ceci dit, même sans adjuvant, le vaccin reste inconnu (en terme d'efficacité et d'effets secondaires) surtout chez la femme enceinte et l'enfant.

POur les autres, il faut savoir que l'adjuvant est à base de squalène (produit issu de l'huile de foie de requin). Or "jusqu’ici, le squalène n’a été utilisé chez l’Homme que de manière limitée" (source). Aux Etats-Unis, le squalène est interdit.

Le rapport bénéfices/risques
Ce rapport est à évaluer au cas par cas selon l'état de santé de chaque patient, son âge, ses antécédents... Classique, je dirais.
L'agence européenne du médicament (EMEA), responsable de la mise sur le marché, a admis que les données d'efficacité et de tolérance pour les vaccins n"étaient pas complètes et qu'ils n'avaient pas été developpés et autorisés dans des conditions absolument standard mais plutôt exceptionnelle (voir lien ci-dessous)

L'action du vaccin sur les femmes enceintes et sur les enfants n'est pas connue (voir document EMEA)

Efficacité du vaccin : il est de 25 à 60 % selon les sources. Il plane donc une belle incertitude sur son bénéfice. De plus, la vaccination de masse risque d'induire des mutations du virus...auquel cas, l'efficacité du vaccin développé risque d'être nulle.
Risques : Sur ce point encore, de nombreux points d'interrogations. Durant les quelques mois d'essais, le chiffre de 7 décès sur 2000 vaccinés ressort. Selon le Dr Girard, c'est du jamais vu pour lui en 30 ans de recherche clinique pour un produit à visée préventive.
Sur 400 enfants vaccinés (toujours dans la période de tests), 2 ont développé des maladies auto-immunes (réactions selon lesquelles les anti-corps s'attaquent aux propres tissus du sujet).

En conclusion : sur la base des données disponibles, le risque inhérent à la vaccination est nettement plus élevé que le risque naturel d'une grippe porcine.

Les personnes vaccinées souhaitant rester protégées chaque année, seront obligées de refaire le vaccin.

Mode de vaccination :
- La vaccination dans les conditions de la médecine scolaire (a fortiori celles des centres de vaccination organisés à la "va-vite" ne permettent pas d'inididualiser le geste vaccinal). Propos B. Kouchner.

- Des étudiants infirmiers sont réquisitionnés pour la campagne de vaccination. Ils encourent des représailles disciplinaires voire pénales s'ils s'y refusent !

Je ne suis pas anti-vaccinaliste, loin s'en faut, mais force est de constater qu'on note dans ces arguments-là beaucoup plus de bien-fondé, d'arguments étayés et vérifiables, de méthodologie, d'absence de contradictions que dans le camp adverse ! Alors maintenant, à chacun de suivre sa propre conviction.

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/09/07/grippe-a-h1n1-pandemique-et-vaccin-adjuvante-au-squalene-une1.html

http://www.rolandsimion.org/

http://docteurdu16.blogspot.com/2009/12/ce-soir-jai-eu-honte.html

http://grippe-a-h1n1.over-blog.com/categorie-10908780.html

Le rapport de l'Agence Européeene EMEA (pour l'AMM)
http://www.emea.europa.eu/humandocs/PDFs/EPAR/pandemrix/H-832-fr1.pdf

http://terresacree.org/grippeporcine.html

http://www.medicalorama.com/html/fiche/vaccin-adjuvants

Posté par pascale72 à 11:30 - Santé - Commentaires [7] - Permalien [#]

06 décembre 2008

AGT et santé

Bonjour

Avant l'arrivée des fêtes et des bons repas, voici un petit point sur l'un des composés utilisés par les industriels de l'alimentaire et qui malheureusement n'est pas recommandé pour la santé.

Les AGT : acide gras "trans"
Je vous ai déjà parlé des acides (ICI), des acides gras et des esters d'acide gras (les savons ICI).

Petit rappel vite fait : un acide est un composé chimique qui possède un atome d'hydrogène (H) qui part facilement dans l'eau (c'est ce qui donne ce goût piquant sur la langue). La quantité de  "H+" qui part permet de caractériser le degré d'acidité, on le mesure par le pH : plus le pH est bas, plus la quantité de H+ dans l'eau est élevée, plus la solution est acide. (pH=- log Concentration en H+).
Un acide carboxylique est un composé possédant la fonction COOH (qui s'appelle carboxylique) et qui peut s'écrire R-COOH, R rempaçant n'importe quel chaîne ou atome et le "H" est celui qui part en solution.
Un acide gras, est un acide carboxylique dont la chaîne R est très très longue (16 à 18 atomes de carbones pour les plus courant)

acidegras
Acide palmitique ici

Un acide gras saturé est un acide gras ayant des atomes de carbone totalement saturés en hydrogène (il n'y a donc que des liaisons simples dans leur formule). Si certains atomes sont insaturés, c'est-à-dire qu'il y a un manque d'atomes d'hydrogène, une ou plusieurs doubles liaisons apparaissent : ce sont des acides gras insaturés.

De part la présence de cette double liaison, les molécules vont pouvoir s'orienter différemment dans l'espace. On distingue alors les acide gras cis et les acides gras trans (AGT) qui sont tous deux, des acides gras insaturés mais de configuration géométrique différente ce qui leur confère des propriétés physico-chimiques différentes et un comportement dans le corps humain différent.

Dans la configuration trans, la molécule est linéaire tandis que dans la configuration cis, elle est courbée.

CisTrans

LEs AGT se trouvent en petite quantité dans la nature (un peu dans le gras des viandes et dans le lait). Les AGT qu'on retrouve en grande quantité dans l'alimentation (notamment les biscuits, les viennoiseries, les pâtes à tartiner si onctueuses ...) sont issus de l'hydrogénation d'huiles végétales liquides (c'est-à-dire qu'on leur apporte des atomes d'hydrogène).
Ce procédé transforme la structure chimique des huiles en acides gras trans.

Leur utilisation dans l'alimentation

Cette hydrogénation permet d'augmenter la stabilité du produit en le solidifiant, comme dans le cas de la margarine contenant de l'huile hydrogénée et améliore la consistance des aliments fabriqués. En gros, il facilite grandement le procédé industriel (plus grande souplesse et maniabilité des pâtes), améliore aussi la conservation des produits et donne la sensation de moelleux à la consommation.

Le procédé par les industriels n'est en fait qu'une hydrogénation partielle (seules quelques doubles liaisons sont éliminées) : un hydrogénation totale conduirait à un acide gras saturé trop solide pour l'industrie alimentaire et aussi moins stable dans le temps.

Les effets constatés sur la santé

Ces AGT, selon certaines études, acrroissent les risques cardio-vasculaires, augmentent le mauvais cholestérol. Il y aurait également une corrélation avec certains cancers (pas vraiment confirmé). Selon un article de "Science et Vie n° 1077", on estime que 70000 à 100 000 décès pourraient être évités aux Etats-Unis en banissant les AGT de l'alimentation.

Les solutions :
Alors que d’autres pays ont déjà pris des mesures draconiennes (obligation d’afficher la teneur en A.G. trans des produits), en France il n'y a pas de réglementation. Néanmoins, réjouissons nous les biscuits de grande marque ne contiennent plus d'AGT.

Un des substituts consiste à utiliser des graisses totalement hydrogénées, donc plus solides mais mélangées avec des graisses liquides pour les rendre plus onctueuses lors du procédé de fabrication.

beurre

Alors Beurre ou Margarine ?

Et bien, le beurre contient relativement peu d'AGT (3 à 10 %), mais riche en acide gras saturés ce qui rend les biscuits aux beurre plutôt plus fiables pour la consommation (d'un point de vue AGT). Vivent les bonnes galettes bretonnes "pur beurre" mais le beurre augmente fortement les risques de cholestérol, à limiter donc....Méfiance également des produits dont les étiquettes indiquent "graisses végétales partiellement hydrogénées"

La margarine est peu riche en acide gras saturés (moins de risques pour le cholestérol) mais contient une quantité variable d'acide gras trans (entre 0 et 30 %). Alors que faire ? Utiliser  une margarine qui n’est pas hydrogénée afin d’éviter les gras trans, grosso modo, il faut lire les étiquettes des produits. LEs grandes marques affichent de plus en plus ce genre d'informations fort utiles pour notre capital santé.

Quelques autres conseils ICI

Merci pour votre intérêt

POur en savoir plus

Posté par pascale72 à 00:00 - Santé - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 novembre 2008

Lumière, soleil et protection

Bonjour tout le monde,

Voici pour faire suite à l'article précédent, un petit topo sur la fonction des lunettes de soleil. Il s'agit d'une synthèse et traduction de l'article du site très intéressant "How Stuff Work ?"

A quoi sert une paire de lunettes de soleil ? A se protéger du soleil, certes, oui mais pourquoi ? et comment ?

lunettes

En réalité, 4 fonctions leur sont associées :

1- Protection contre les rayons ultra-violets du soleil qui peuvent endommager la cornée et la rétine. Une bonne paire de lunettes filtre complètement les UV.

Généralement, les lunettes de soleil foncent lorsqu'exposées aux UV. Les lentilles sont en effet constituées de millions de molécules (ex Chlorure d'argent) qui réagissent lorsqu'un rayon lumineux UV les atteint (mais elles sont "transparentes" à la lumière visible), elles changent alors de forme via des réactions chimiques. Les nouvelles molécules absorbent alors une partie de la lumière visible, ce qui rend les lentilles plus foncées.

NB : cette sensibilité aux UV de ces molécules, est la même, sur le principe, que l'impression des films photographiques.

2- Protection contre la lumière intense. Lorsque l’œil reçoit trop de lumière, l’iris se ferme naturellement. Une fois qu’il est fermé au maximum, si la lumière reste trop intense (réflexion du soleil sur la neige par exemple), le strabisme apparaît et la rétine peut être endommagée.

De bonnes lunettes peut bloquer jusqu’à 97 % de la lumière entrant dans l’œil.

3-Protection contre l’éblouissement nous empêchant de distinguer certains objets. L’eau par exemple réfléchit une proportion importante de lumière, des points brillants peuvent être tels qu’ils cachent la vision des éléments environnants. De bonnes lunettes peuvent complètement supprimer cet effet en utilisant le phénomène de "polarisation".

Comme nous l'avons vu dans l'article précédent, la lumière est un ensemble d'ondes électromagnétiques c'est-à-dire des vibrations. Lorsque ces vibrations sont alignées dans une ou plusieurs directions, on dit que la lumière est polarisée. C'est exactement ce qui se passe lorsqu'on observe la lumière du soleil réfléchie sur un plan d'eau : nous sommes éblouis parce que la lumière réfléchie du lac est polarisée : la lumière qui rebondit sur la surface l'est dans une direction particulière (horizontalement ici), elle est polarisée donc intensifiée.

polarisation

Source ICI

NB : l'oeil humain n'est pas capable de voir si la lumière est polarisée.

Les lunettes de soleil possèdent une action polarisante car elles sont recouvertes d'un film dont les molécules chimiques s'orientent parallèlement les unes aux autres...cela crée un filtre microscopique absorbant toute la lumière qui correspond à leur alignement.

4- Protection contre certaines fréquences de la lumière. Certaines fréquences peuvent brouiller la vision ou intensifier les contrastes. Le choix de la couleur adéquate des verres de lunettes permet d’améliorer cette situation.

En effet, la couleur de la teinte des lunettes determine la fraction du spectre lumineux absorbée par les verres.

Des teintes grises reduisent l'intensité de la lumière ce qui permet de protéger de l'éblouissement.

Des teintes jaunes réduisent la quantité de lumière bleue, lumière qui a tendance à être réfléchie par de nombreux objets. C'est généralement la couleur des lunettes de soleil utilisées pour les sports de glisse (neige qui est fortement réfléchissante). Par contre, il y a distorsion dans la perception des autres couleurs.

Des verres de teintes marrons possèdent des molécules qui absorbent les couleurs de haute fréquence (bleus + UV)

Attention à certains types de lunettes bon marché qui non seulement ne protègent pas contre ces effets mais peuvent au contraire être préjudiciable aux yeux.

De bonnes lunettes, sont donc la juxtaposition de différents filtres, films ou revêtements, ayant chacun une action bien précise.

sunglasses

Source ICI

Pour en savoir plus

http://science.howstuffworks.com/sunglass5.htm

http://www2.saf-lastronomie.com/eclsol/observation/protection.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Polarisation_(optique)

http://www.vision1to1.com/FR/HomePage.asp?BGColor=3&Category=42&Article=111

http://www.opticien-lentilles.com/conso/part1.htm

Posté par pascale72 à 00:00 - Santé - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2007

Les crèmes anti-rides...vrai ou faux ?

Bonjour tout le monde,

En fouillant dans ma réserve d'articles "intéressants" issus de "La Recherche" (N°406- Mars 2007), je viens de ressortir un excellent papier sur le vieillissement de nos cellules...

N'étant pas de formation en biologie, je vais essayer de synthétiser l'article de façon la plus claire possible.

rides

Source ici

L'article s'intitule "Le mythe des radicaux libres".

La publicité n'a de cesse de nous le répéter " Les anti-oxydants présents dans les fameuses crèmes révolutionnaires permettent de préserver notre jeunesse". Cet argument commercial trouve son fondement dans une théorie datant des années 50 où un biologiste relie le vieillissement à une accumulation d'éléments toxiques : les radicaux libres. D'où la fameuse promesse de ces crèmes : les anti-oxydants permettant de lutter contre les radicaux libres... Oui, mais, qu'en est-il vraiment ?

Quelques définitions utiles

Les mitochondries
Nos cellules sont pratiquement toutes pourvues de petits organites (en forme de haricot) dont le rôle est de convertir l'oxygène et les nutriments en une forme d'énergie exploitable par nos cellules (l'ATP pour ne pas la citer). Ces petits organites se nomment les mitochondries et cette production d'énergie est essentielle (constraction musculaire, sécération hormonale) car nos cellules seules ne permettent pas d'en fournir suffisamment (les mitochondries permettent de multiplier la production par 15 environ).

Les mitochondries ont tout d'une bactérie : elles possèdent leur propre ADN, sont capables de se diviser ...

mitochondrie

Mitochondrie vue au microcope : source

Les radicaux libres
D'un point de vue chimique, un radical libre est une molécule possédant un électron disponible. Les radicaux libres de nos cellules proviennent de la réduction de l'oxygène, lequel se trouve en grande quantité dans les cellules.

Sachant que les radicaux libres possèdent un électron disponible, ils sont donc très réactifs et cherchent à occuper cet électron par le biais d'une liaison. Ils "auraient" donc tendance à s'attaquer aux molécules fondamentales de la vie :  les lipides et les protéines.

Qui produit les radicaux libres ? Les mitochondries qui, en fabriquant de l'énergie à partir du glucose et de l'oxygène, génèrent des produit dérivés dont ces fameux radicaux libres.

Le vieillissement
Il s'agit d'une accumulation de dommages moléculaires et cellulaires (que "provoqueraient" ces radicaux libres") que n'arrivent pas à endiguer (car trop nombreux) les mécanismes d'auto-réparation de l'organisme.

Que dit la théorie de 1950 ?

Selon la théorie de Harman, les mitochondries sont la principale source de radicaux libres, espèce réactives de l'oxygène. Le vieillissement est lié à l'accumulation de mitochondries abîmées par l'action destructrices des radicaux libres... Comment ? au fur et à mesur du temps qui passe, comme un "moteur mal réglé", la trnasformation d'oxygène en énergie au sein des mitochondries se fait de moins en moins bien et conduit à de plus en plus de radicaux libre conduisant à des dommages catastrophiques dans les cellules.

L'existence dans les cellules de radicaux libres a bel et bien été démontrée par différentes recherches...

Sur cette théorie, repose toute la recherche des crèmes antioxydants...parmi ceux-ci, certaines vitamines, minéraux, enzymes fabriqués par notre organisme et apportés par l'alimentation.

Les découvertes récentes et les doutes ?

Parmi les doutes face à la théorie précédente, se pose la question : faut-il voir les dommages mitochondriaux comme une conséquence du vieillissement ou comme une cause ?

Des expériences récentes ont fourni des preuves directes qu'un dysfonctionnement des mitochondries entraîne bien le vieillissement. Cependant, s'il est clair que des mutations des caractéristiques des mitochondries est une cause du vieillissement, RIEN NE PROUVE que les radicaux libres sont eux aussi à l'origine du vieillissement.
On pourrait voir ces radicaux libres comme une conséquence du vieillissement plutôt que comme une cause...auquel cas, on peut s'interroger très sérieusement sur l'efficacité des crèmes "anti radicaux libres" contre le vieillissement de la peau ...

Produits du commerce

J'apporte ici quelques nuances ou plutôt quelques précisions quant à la dernière phrase du paragraphe précédent...j'ai bien parlé de quelques doutes relatif à l'efficacité des "crèmes anti radicaux libres". En effet, d'autres modes d'action des crèmes sont mis à contribution...
Le rétinol pur, molécule utilisée dans de nombreux produits, relance la dynamique des cellules de l’épiderme en stimulant la synthèse des protéines.
L’acétyl oxo DHEA régule la sécrétion des glandes sébacées et par là-même agit directement sur l’amélioration du film hydrolipidique.
Les crèmes botox-like permettent de réduire les micro crispations musculaires dermiques (afin de réduite les rides d'expression)
Les acides de fruits, ou AHA (alpha hydroxy acides) naturellement présents dans de nombreux fruits ou plantes (tels que l'acide citrique ou l'acide malique, cf un article précédent) possèdent la faculté de stimuler le renouvellement cellulaire. Ils le font tout d'abord en provoquant l'élimination des peaux mortes de l'épiderme. Plastifiants, les AHA transforment également la kératine de l'épiderme en acides aminés, facteurs essentiels d'hydratation et de souplesse.

Je terminerai par une peau parfaite!

rides_sans_

A bientôt

Pour en savoir plus

http://www.esculape.com/bricabrac/vieillimitochondrie.html

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/peau/loupe_radicaux.html

http://www.parismatch.com/parismatch/match-guide/match-sante/longevite-des-cles-pour-vieillir-jeune/(gid)/1523

Posté par pascale72 à 00:00 - Santé - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 novembre 2007

La mémoire...

Bonjour à tous,

Je suis tombée récemment sur un numéro spécial de la Recherche "La mémoire ou Comment notre cerveau apprend, se souvient et oublie". Je ne rentrerai pas dans les détails de tout ce que cet excellent magazine peut nous fournir mais quelques informations relevées sont à noter.

Ce numéro spécial "mémoire" (N°22 - Février/Avril 2006) aborde tout un tas de questions passionnantes : quels sont les différents types de mémoire, par quels moyens les souvenirs s'impriment-ils ? Pourquoi et comment oublie-t-on ? Influence du type d'apprentissage ? Différences de comportements entre les individus ? Qu'est-ce que l'amnésie ? Les émotions jouent elles un rôle?

La mémoire est perçue comme un bien précieux, fragile et même si l'imagerie cérébrale a permis aux scientifiques de comprendre bon nombres de phénomènes, il reste encore du chemin à parcourir pour comprendre toutes les subsitilités de notre cerveau quant aux stockage et à la restitution des évènements.

Je vous livre ici quelques extraits forts passionnants sur ce sujet en essayant de  résumer quelques passages même si cela n'est pas forcément facile.

Formation d'un souvenir

Un souvenir résulte d'un mélange d'informations sensorielles liées à un évènement. Ces informations sensorielles convergent vers une région du cerveau qui s'appelle l'hippocampe. Mais l'ensemble de ces informations liées à un épisode vécu vont être codées et réacheminées vers différentes zones cérébrales (le néocortex). Un peu comme si "le cerveau éparpillait les pages d'un livre "souvenir" au lieu de le stocker dans un endroit précis".

cerveau

Source ici

Retrouver un souvenir, c'est reconstruire le souvenir à partir des différentes "pages". La restitution du souvenir sera d'autant meilleure qu'il aura été bien codé, structuré.

Cette reconstitution sera différente au fur et à mesure du temps car la reconstuction du passé se fait en fonction du présent (voir un des points suivants).

L'oubli est-il nécessaire ?

Nombre de scientifiques s'accordent pour dire que l'oubli est "paradoxalement" indispensable au bon fonctionnement de la mémoire. Il permet de faire le tri entre le parasite et l'essentiel et ainsi de mieux retenir les informations de base en oubliant les plus futiles.

Emotions et mémoire

Les systèmes d'apprentissage cérébraux sont intiment connectés aux noyaux qui gèrent les émotions. Se souvenir d'une information riche en émotions paraît plus facile : certains souvenirs étant définitivement gravés.

Sommeil et mémoire

Le sommeil joue un rôle majeur dans l'organisation de la mémoire. Les scientifiques ont confirmé que le souvenir d'un apprentissage est fragile tant qu'il n'a pas été suivi d'un épisode de sommeil. L"imagerie cérébrale a révélé une réactivation électrique ou métabolique pendant le sommeil.

Peut-on améliorer sa mémoire ?

Oui, on  peut stimuler sa mémoire. Quelques excercices simples permettent de renforcer l'agilité intellectuelle.  Les différentes techniques reposent sur l'organisation et sur la répétition. Il faut apprendre à classer des informations pour mieux les retenir...Difficile en effet de retenir des listes d"objets sans classement préalable de ceux-ci.

Sur le bout de la langue !

Cela nous est tous arrivés, de chercher un mot, un souvenir et de percevoir qu'il n'est pas loin mais pas moyen de le réactiver immédiatement. Et bien figurez-vous, que ce phénomène passionne les psycholinguistes ainsi que les chercheurs du domaine de la mémoire...De nombreuses hypothèses ont été avancées et aucune ne fait encore pleinement l'unanimité. L'une des explications est que la question "entraînerait l'activation de tout un ensemble d'informations, qui ont un rapport avec le mot recherché et qui exercent 2 effets contradictoires :

- elles gênent l'accès à l'information correcte

- elles augmentent la conviction subjective que la bonne réponse va émerger.

memoire

Source ici

Merci de votre intérêt...n'hésitez pas à me faire part de vos remarques ou suggestions.

POur en savoir plus :

http://lecerveau.mcgill.ca/flash/d/d_07/d_07_p/d_07_p_tra/d_07_p_tra.html

http://www.museum-marseille.org/marseille_cerveau_memoire.htm

http://www.linternaute.com/science/biologie/dossiers/06/0602-cerveau/4.shtml

Posté par pascale72 à 00:00 - Santé - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 juillet 2007

Halte aux idées reçues !

Bonjour tout le monde,

Je suis tombée récemment sur un excellent article dans le magazine "La Recherche" expliquant le mode de transmission de ce que nous connaissons tous "Le Rhume"

atchoum

Selon la définition de l'encyclopédie "Wikipédia", le terme "Rhume" désigne une maladie infectieuse des voies respiratoires, qui se manifeste par une rhinite (écoulement nasal, éternuements). Jusque là rien de bien neuf.

Cependant, ni "le coup de froid", ni les chutes de température ne déclenchent le rhume. Dans 80 % des cas, il s'agit d'une attaque virale ! L'individu touché a donc été en contact avec le virus d'une façon ou d'une autre.

Pourquoi se manifeste-t-il par temps froid alors ?

- En automne ou hiver,  le taux d'humidité de l'air est élevé ce qui favorise la survie du virus à l'air libre (vivent les hivers froids mais secs !)

- En hiver, le corps est moins "actif" pour se défendre. Il lutte contre le froid, la fatigue est souvent plus présente, nos défenses immunitaires sont souvent moins accrues.

La transmission du virus se fait par voie aérienne (éternuement ou toux) ou lors d'un contact (des études ont montré que les rhinovirus sont présents sur les mains de 40 à 90 % des personnes atteintes) et sur les objets touchés (poignées de porte). Sachons aussi que ces virus peuvent survivre des heures sur des supports inertes???

LEs antibiotiques n'ont aucun effet (sauf en cas de surinfection bactérienne) : le rhume se guérit seul en 7 jours...

Une petite photo ?

virus

Petite expérience perso : je ne protège pas spécialement mes enfants du froid, ils sont généralement peu couverts (même en hiver, en tous cas pas plus que moi) et n'ont pas plus de rhume que les autres, voire moins. Par contre, gardés en crèche, ils y ont subi des contaminations importantes par ce virus bénin cela contribue fortment ) renforcer les défenses immunitaires.
Nos chers bambins sont responsables 7 fois sur 10 de la transmission vers les adultes.

D'où l'importance de leur apprendre très vite à "mettre la main devant le nez/ la bouche" et à se laver les mains régulièrement (savon antiseptique !)...n'oublions pas de nettoyer régulièrement les poignées de porte !

Je vous remercie de votre intérêt ! Je continuerai prochainement les articles sur l'eau, la lessive, le repassage ...

A très bientôt.

Posté par pascale72 à 00:00 - Santé - Commentaires [7] - Permalien [#]