Le Monde et Nous

Partir à la découverte du monde qui nous entoure, comprendre quelques phénomènes de la nature, observer, se tenir informés des découvertes scientiques ...

01 mars 2012

Sevrage naturel : quand, comment ?

Pour poursuivre les réflexions et les questions soulevées par Vert Citrouille, contribution aux Vendredis Intellos, revenons une fois encore, sur la question de l'allaitement maternel, en nous interrogeant cette fois-ci sur la dernière étape du processus, à savoir le sevrage. Pour faire suite, à mon précédent post sur le sujet  ici, dans lequel nous avions montré que la composante culturelle était primordiale dans le choix d'allaiter ou non, mais aussi dans la durée de l'allaitement, je vous propose d'essayer d'établir les grandes tendances sur le sevrage naturel :
- quand se produit-t-il ? ou quand devrait-il se faire si les mamans ne subissaient aucune pression (les "bons conseils" reçus de part et d'autre, qui mine de rien orientent votre décision)?
- et comment se fait-il ?
- quelles corrélations peut-on trouver avec d'autres paramètres du développement de l'enfant?
- peut-on faire un parallèle avec les autres mammifères ?
- enfin, quelles sont les conséquences pour les mamans ?
La réponse à ces questions passe par une revue de quelques articles publiés sur le sujet.

dessin_mere_enfant

Le contexte du sevrage
Partout dans le monde, les femmes adaptent leur pratique de l'allaitement à leur mode de vie personnel et l'environnement dans lequel elles vivent. Et le moment du sevrage n'échappe pas à la règle [1] : l'analyse de données multiculturelles montre que les sociétés ont des croyances et des points de vue très différents sur l'âge auquel l'enfant doit être sevré. Il reste encore beaucoup de sociétés dans le monde dans lesquelles les enfants sont maternés pendant très longtemps (4 ou 5 ans), car chez elles, on pense qu'il est normal et naturel qu'un bébé soit dépendant de sa mère pendant les premières années. Pour le sevrage, c'est l'enfant qui décide et cela se produit entre 3 ou 4 ans. Et c'est d'ailleurs dans ces cultures, que les femmes pratiquent le plus l'allaitement à la demande, le maternage, le portage et co-dodo.

Dans nos cultures modernes,  le sevrage précoce est encouragé car il est perçu comme un signe de développement de l'enfant. Les femmes qui allaitent longtemps (au-delà de 6 mois) sont considérées comme des "anomalies". Ceci est assez lié aux mythes et croyances qui persistent comme par exemple : un bébé allaité longtemps, trop longtemps sera moins indépendant de sa mère, et capricieux. De nombreuses études ont en fait montré le contraire : le fait de satisfaire les besoins émotionnels encourage chez l'enfant, le sentiment de "confiance en soi" [2]. Le Dr G. Wootan [3] nous explique que l'enfant qui décide de se sevrer est plus indépendant, car le choix de s'éloigner de sa mère vient de lui.

Petit bémol à apporter ici, pour les femmes qui décident d'allaiter longtemps, qui se trouvent à un moment ou un autre confrontées à une difficulté et qui sans soutien ni écoute (voir impact du soutien ici), se tournent vers le sevrage un peu malgré elles.

Définition du sevrage et sevrage naturel
Avant tout chose, qu'est ce que le sevrage ? qu'implique-t-il pour l'enfant?
D'un point de vue étymologie, "Sevrer" vient du latin populaire seperare, qui signifie "séparer".
En anglais le terme est "Weaning", l'étymologie (voir ici) est intéressante car elle introduit la notion de nouveauté : l'origine est le mot "Wenian" qui signifie " s'habituer à quelque chose de différent".

Bref, deux possibilités d'interprétation :
Le sevrage signifiant "séparer" consiste donc à l'arrêt complet de l'allaitement au sein. La seconde interprétation correspond à l'introduction progressive de nourriture extérieure dans les habitudes alimentaires du bébé sans pour autant provoquer l'arrêt complet de l'allaitement maternel.

 Le sevrage naturel est celui qui se développe à la demande de l'enfant et de lui seul. Qu'en est il dans la vie actuelle ? tout dépend evidemment de l'impact culturel. Une étude menée sur 179 femmes américaines ayant opté pour l'allaitement long [4], nous éclaire sur ce point :  parmi les raisons évoquées pour l'arrêt complet de l'allaitement, c'est l'arrêt décidé par l'enfant qui conduit au % le plus élevé : pour le petit dernier de la famille, 63% des cas de sevrage est demandé par l'enfant. Un plus faible pourcentage (15 %) correspond au désir de la mère (qui considère que l'enfant est prêt). Les autres causes évoquées sont liées à une nouvelle grossesse (13%) ou à des circonstances familiales (5%).

on_a _vole

Rappel des bénéfices du sevrage tardif
Les bénéfices de l'allaitement prolongé a déjà abordé un peu partout (synthèse ici), mais rappelons tout de même certains résultats importants.
Comme le recommandent certaines organisations de santé (OMS-Société canadienne de pédiatrie-Académie Américaine de Pédiatrie-UNICEF) [5], l'introduction de nourriture solide (fin de l'allaitement exclusif) est importante à partir de 6 mois, âge pour lequel il est primordial de stimuler différemment les fonctionnalités complexes de la mâchoire, de la langue et de la déglutition afin que l'enfant apprenne à gérer la nourriture solide.
Les autres justifications de l'introduction de nourriture solide sont liés aux besoins en fer, zinc non couverts entièrement par le lait maternel [6]
Néanmoins, au-delà de 6 mois, le lait maternel est recommandé en complément de nourriture solide (dont la proportion est progressivement augmentée) car il continue à couvrir une part importante des besoins nutritionnels, micronutriments et des apports énergétiques (grande quantité de graisses et acides gras essentiels) [5].
D'un point de vue développement cognitif et social, le rôle de l'allaitement maternel prolongé a nettement été démontré dans plusieurs études corroborées dans des méta-analyses afin d'en distinguer les biais [7]. Chez d'autres mammifères (où n'interviennent donc pas les variables telles que le niveau socio-économique et l'éducation parentale), le sevrage plus tardif montre une augmentation des interactions sociales [8].

allaiter_claude_didier

Quand se produit-il?

Dans toute l'histoire de l'homme connue, le lait maternel était la première et seule nourriture connue jusqu'à l'âge de deux ans. Un retour historique sur la question nous est fourni dans un papier synthétique très intéressant [9]. Ainsi, quelques anthropologues se sont intéressés au mode de nourrissage des enfants dans toute l'histoire de l'homme, même très reculée... et oui, osons-le archéologique. Une étude réalisée sur des squelettes et dentitions d'enfants retrouvés au Guatemala, des paléoanthropologues [10] ont confirmé que la nourriture solide était introduite avant l'âge de deux ans alors que l'allaitement maternel était encore en place.

Revenons à nos moutons actuels... Pourquoi l'enfant choisit-il de se sevrer et quand cela se produit-il naturellement ? Pourquoi ne le ferait-il pas à l'image des autres mammifères (qui eux, ne subissent aucune pression sociale).
Comme nous l'explique A. Smith (consultante diplomée en lactation) [11], l'enfant s'éloigne du sein maternel quand il se sent prêt (même s'il n'en a pas conscience) aussi bien physiquement, psychologiquement, qu'émotionnellement. Ainsi, nos bébés sont prêts physiquement signifient qu'ils sont capables de manger une grande variété de nourriture solide car ils possèdent une dentition et un développement de la mâchoire adéquat :  en particulier des prémolaires leur permettent de broyer et mâcher avec un mouvement rotatif.
D'un point de vue développement cérébral, le langage ou la faculté à se faire comprendre a atteint le stade suffisant pour que l'enfant exprime les notions de "encore!" ou "c'est bon, j'en ai assez !". Enfin, sa capacité à s'alimenter seul en utilisant une fourchette et une cuiller lui permet également de se sentir prêt.
Bref naturellement, tous les ingrédients sont là pour que d'instinct, l'enfant se penche sur une assiette, goûte, teste, expérimente : alors il mâche, broie et s'il aime, alors c'est parti !

L'étude [4] déjà évoquée plus haut, nous indique que les bébés qui choisissent eux-mêmes le moment du sevrage le font entre 2 ans 1/2 et 3 ans.

L'étude [12] soulève aussi la question du manque de retour d'informations sur la durée actuelle de l'allaitement et la date du sevrage dans la mesure où, sous la pression culturelle, beaucoup de mamans continuent à allaiter "en secret" sans en parler à leur praticien.

Enfin, je souhaiterais évoquer les travaux de recherche de Ph. D Katherine Dettwyler [13] sur le sujet du sevrage qui reposent sur l'analyse du comportement d'autres mammifères à travers l'histoire. Elle s'est particulièrement attachée à trouver des corrélations entre le sevrage et d'autres variables. L'auteur utilise alors ces données pour en faire une projection pour le comportement humain. Ainsi, la plupart des mammifères pour lesquels cet aspect a été étudié, le sevrage se produit à l'apparition des premières molaires permanentes ; dans le cas de nos proches cousins primates (gorilles et chimpanzés), il intervient quand leur poids est quadruplé par rapport au poids de naissance ou encore pour un poids atteint correspondant au tiers du poids adulte. Le premier facteur (poids naissance multiplié par 4) correspond pour l'homme à l'âge entre 2 ans et demi et 3 ans. Les deux derniers facteurs projetés chez l'homme conduisent à un âge de sevrage entre 5 ou 7 ans.
La palette est assez large et s'étend selon l'approche réalisée entre 2 1/2 et 7 ans. Mais comme le précise C. Didierjean (LLL) [15], chaque enfant est unique. Et tout comme, il apprend à marcher, parler, être propre à son rythme, il décide de son sevrage quand bon lui semble.

singeSource

Sevrage oui, mais progressif
Généralement, les mamans qui choisissent un long avec sevrage naturel, réalisent le sevrage de façon progressive [4]. Et elles ont bien raison, finalement pour tout un tas de raison. Cela laisse tout d'abord, le temps aux deux protagonistes de se séparer en douceur : d'une part, moins de risque de dépression (juste un peu de nostalgie) ou de seins douloureux pour maman et d'autre part un allaitement profitable à l'enfant jusqu'à la dernière goutte dans la mesure où les tétées diminuant en fréquence et en intensité, les anti corps sont plus concentrés dans le lait produit. 

Conclusion et mot de la fin pour la maman
Difficile donc de donner un âge bien précis, chaque enfant, chaque contexte étant différent. Nous retiendrons le seuil bas des 2 ans et demi, pour lequel déjà nos cultures occidentales évoquent toutes sortes de risques (non démontrés, voire même contrés) et les seuils hauts évoqués deci delà vers les 5 ans voire 7 ans.
Notre article s'arrête là pour ce beau sujet, qui me tient particulièrement à coeur en ce moment puisque je vis personnellement mes tous derniers instants d'allaitement (d'une durée de 23 mois) avec sevrage naturel. La nostalgie est bien sûr au rendez-vous...c'est normal à priori : la modification hormonale, le passage d'une relation au contact très proche et intime vers une autre relation mère-enfant peuvent engendrer un peu de blues ! [14]

Références utilisées

1-Breastfeeding, culture and attachement : http://www.attachmentacrosscultures.org/beliefs/bfeed_culture.pdf

2-Newman and Kernerman, "Breastfeeding a Toddler - Why on earth ?"; 2009; http://www.nbci.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=78:breastfeed-a-toddlerwhy-on-earth&catid=5:information&Itemid=17

3- http://www.naturalchild.org/guest/george_wootan.html

4- Sugarman, M ; Kendall-Tackett K., " Weaning Ages in a Sample of American Women Who Practice Extended Breastfeeding", Clinical Pediatrics 1995; 34(12), pp642-647

5-Guide OMS "Guiding Principles for Complementary Feeding of The Breasfed Child" : http://www.who.int/nutrition/publications/guiding_principles_compfeeding_breastfed.pdf

6- Dewey K., "Nutrition, growth and complementary feeding of the breastfed infant", Pediatric Clin North America, 2001; 48, pp 87-104

7- Anderson, J. W. et al., "Breast-feeding and cognitive development: a meta-analysis", American Journal of Clinical Nutrition, 1999;70(4), pp 525-535

8- Curley J. P. et al, "The Meaning of Weaning: Influence of the Weaning Period on Behavioral Development in Mice", Development Neuroscience 2009;31, pp 318–331

9- Penny. Esterik, "Contemporary Trends In Infants Feeding Research" , Annu. Review of Anthropology 2002; 31, pp257–78

10- Wright AL, Bauer M, et al.K. "Cultural interpretations and intracultural variability in Navajo beliefs about breastfeeding."1993 Am. Ethnol. , 20(4), pp 781–96

11- Smith, A., "Weaning", http://www.breastfeedingbasics.com/articles/weaning-your-baby

12- Dr C. Mutch et al, "Weaning from the breast", Paediatrics & Child Health 2004; 9(4), pp 249-253. Revision2009 (http://www.cps.ca/english/statements/CP/cp04-01.htm)

13- Dettwyler K, "When to wean" , Natural History,1997; October(1)

14- K. Jackson, "Breastfeeading: Weaning sometimes brings feelings of sadness" 2011 http://ic.steadyhealth.com/breastfeeading_weaning_sometimes_brings_feelings_of_sadness.html

15- Claude Didierjean, "Et le sevrage, comment ça se passe ?", Allaiter Aujourd'hui, 2002, http://www.lllfrance.org/Allaiter-Aujourd-hui/AA-50-Et-le-sevrage-comment-ca-se-passe.html

Autres ressources
*
http://www.llli.org/llleaderweb/lv/lvdec00jan01p112.html
* http://www.kellymom.com/bf/weaning/how_weaning_happens.html

Posté par pascale72 à 07:00 - Autour du petit "d'homme" - Commentaires [13] - Permalien [#]

<$BlogItemShareWidget$>

Commentaires sur Sevrage naturel : quand, comment ?

    Super article, on voit que le sujet te passionne. Ici, Grand Doux s'est sevré à 22 mois, en étant quand même un peu encouragé, je pense que le fait que je sois enceinte a beaucoup joué... Pour son petit frère qui va avoir 12 mois, nous verrons bien... C'est vrai que ça rend un peu nostalgique de faire le deuil de ses moments là. Question pression de l'entourage, c'est vrai qu'à partir de 15 mois du Grand doux, il a fallu s'accrocher (d'autant plus que j'ai été hospitalisée une semaine, les toubibs ont failli en avoir une attaque).

    Posté par Flolasouricette, 01 mars 2012 à 14:25 | | Répondre
  • Jeanne s'est sevrée à 18 mois. Elle a décrété un soir que "Ayé fini néné". Nous avons proposé pendant une semaine, toujours non. Tant pis... Mais c'est le Mâle qui l'a le plus mal vécu "Comment on va faire maintenant ?".

    Posté par Claire, 01 mars 2012 à 16:11 | | Répondre
  • merci pour cet article très complet ! Ma 2ème fille vient d'avoir 2 ans, est toujours allaitée, et ne semble pas vraiment sur le point de se sevrer elle-même...
    C'est encourageant de lire des articles comme ça, parce que même si mon entourage ne compte pas parmi les plus pénibles, passé 2 ans, je commence à avoir pas mal de questions. Au moins là, j'ai de quoi leur répondre

    Posté par Prune, 01 mars 2012 à 21:20 | | Répondre
  • Merci pour ce superbe article, il permet de mieux comprendre beaucoup de choses j'en suis a 3 mois d'allaitement, et je compte continuer le plus longtemps possible!

    Posté par OlympusMom, 25 mars 2012 à 18:31 | | Répondre
  • Sevrage long a venir

    Bjr
    Moi aussi j ai un ptit bout de 3 ans et jtrouve le sevrage naturel long a venir mais j attends que ca viennes de lui je ne veux pas le brusquer
    L allaitement on sait quand ca commence mais pas quand ca s arrette

    Posté par Stel 2003, 21 mai 2012 à 22:26 | | Répondre
  • Mon enfant a 16 mois et demi, depuis deux mois, il tete plus que le soir et depuis 5 jours il n'a pas voulu téter, je lui aie proposé les autres jours qui ont suivi mais il n'a pas voulu davantage. C'est assez brutal. ET c'est en dessous des 2 ans et demi.

    Posté par marie, 08 octobre 2014 à 01:17 | | Répondre
  • Merci pour ce bel article.

    Ici, Pouponne, qui a presque 26 mois, est en train de se sevrer de façon très graduelle et qui me semble plutôt naturelle.
    Depuis ses 11 mois, elle tétait 2 à 3 fois par jour, des fois plus lors de journée où j'étais en congé.

    Ensuite, à ses 24 mois, elle s'est mise à se désintéresser du boire du matin. Malgré que je lui offre encore 2 mois plus tard, juste pour voir, elle maintient son refus. Elle remplace plutôt ce moment par un gros câlin et des tonnes de bisous. Je pense que ce désintérêt est relié à ma nouvelle grossesse (qui a commencé lorsqu'elle avait 23 mois)

    Et maintenant, bien que je lui offre encore le boire du soir, juste avant le dodo, elle dit souvent non. Et lorsqu'elle dit oui, j'ai des douleurs dans les seins... Je pense bien ne plus avoir vraiment de lait.
    Alors, depuis 1 semaine, quand je dois cesser le boire à cause des douleurs, je prends le temps de parler avec elle, de lui expliquer qu'elle est grande maintenant et que maman n'a plus de lait dans ses seins. Elle parait comprendre de mieux en mieux chaque soir.

    Ce soir, j'ai le coeur gros car j'ai eu mal aux seins dès le moment où elle a commencé à têter. Elle a admis qu'il n'y avait pas de lait. On s'est fait un très gros câlins en chantant des chansons. Puis je l'ai mise au lit. Heureusement pour mon coeur de maman, elle semblait aussi heureuse d'aller dans son lit, que tous les autres soirs.
    Ca m'a pas empêchée de me lancer sur mon lit et de pleurer toutes les larmes de mon corps... On est prête toutes les deux au sevrage... mais je dois avoir que je vis tout un paquet d'émotions, que je n'identifie pas toutes, et que ça me prendra quelques jours pour m'y faire.

    Bref, merci encore pour ce bel article. Il m'a un peu aidée à y voir clair ce soir.

    Bonne chance à toutes les mamans qui, comme moi, rechercherons des informations sur le sevrage.
    Et bravo, et merci, d'avoir allaité votre bébé!

    Posté par Véro, 19 décembre 2014 à 05:38 | | Répondre
  • merci beaucoup... je comprends tout à fait ce que vous ressentez car je l'ai vécu !
    Bon courage...et bientôt vous allez revivre de merveilleux moments encore !

    Posté par pascale, 19 décembre 2014 à 20:50 | | Répondre
  • Bonjour, J'avais mis un commentaire sur mon bébé qui avait 16 mois et avait décidé du jour au lendemain de refuser le sein. J'ai proposé 15 jours mais entrant en période d'opposition il est resté sur sa position. Mais sur le fait que le sein ne produit plus bcp de lait quand il est stimulé qu'une fois par jour, Oui je pense qu'il en produit moins. Avec deux fois, je trouve que çà tenait bien après j'ai allaité un mois et demi qu'une fois par jour et il s'est sevré et j'ai pas eu d'engorgements alors qu'à chaque diminution de tétée (suppression tetee de nuit, passage de 4 à 3 et de 3 à 2 et de 2 à 1, j'ai eu un engorgement). Je pense que sur la fin j'avais toujours du lait mais en petite quantité. Donc d'après mon vécu personnel, j'aurais tendance a conseiller aux femmes de garder deux tétées par jour peu importe le moment afin de garder une stimulation suffisante pour ne pas limiter l'allaitement dans sa durée. J'ai tout de même allaité 16 mois c'est déjà bien. Et pour Véro la maman qui est enceinte, c'est un moment pas facile à vivre mais vous êtes à nouveau enceinte c'est la suite de la vie. Emotionnellement en plus vous êtes encore plus sensible. Cela doit être un moment de partage, et vous ne devez pas avoir mal. Je connais d'autres mamans qui ont arrêté pdt une nouvelle grossesse. Il ne faut pas vous en vouloir. Déjà vous lui avez déjà bcp donné. Vous faites partie des 5% de femmes qui ont allaité jusque là! 26 mois c'est super et vous pouvez être fière de ce que vous avez apporté à votre fille. Continuez tout simplement votre relation, l'allaitement vous a permis de partir sur de bonnes bases. Courage et soyez fière de vous!

    Posté par marie, 20 décembre 2014 à 23:10 | | Répondre
  • Très bon article! Je vis un co-allaitement avec ma fille de 26 mois et celle de 8 mois. La grande n'a pas arrêtée pendant la grossesse, et elle n'a pas l'air d'être prete à le faire maintenant. Avec la pression sociale, je stressais et me demandais si c'était normal, (déjà que co allaiter n'est pas simple) mais après avoir lu l'article, je suis plus rassurée. Ma fille ne parle quasiment pas, et même si elle a toutes ses dents de lait, elle ne doit pas être mûre pour le sevrage. Merci beaucoup!

    Posté par Tibou, 06 mars 2015 à 22:05 | | Répondre
  • Bonjour! Votre article est très intéressant. J'allaite ma fille de 7 ans et demi et subit actuellement quelques pressions de médecins, du papa et des grands frères pour l'arrêt de l'allaitement. Personnellement, je ne suis pas contre ce sevrage mais je m'inquiète des répercussions d'un sevrage non choisi sur ma fille qui est très accro à ses "tétés". Nous avons déjà limité l'allaitement au matin, et quand je pars tôt au travail, elle n'oublie jamais de se réveiller pour venir téter. Je sais que notre situation est très rare mais si une ou deux mamans peuvent me guider dans cette période délicate, ce serait appréciable: dois-je amener ma fille au sevrage ou la laisser faire? Comment l'aider à arriver d'elle-même au sevrage? Pour l'instant, malgré ses 7 ans et demi, je ne sens pas chez elle l'envie d'arrêter. Merci tout de même pour cet article qui me rappelle que je ne suis pas non plus une extra-terrestre....

    Posté par Sof, 16 septembre 2015 à 11:19 | | Répondre
  • Bonjour, je trouve votre article très intéréssant. Moi ca fait 3 ans et 8 mois que j'allaite mon fils et j'ai dû malgrès moi commencer le sevrage qui est très dur (emotionnellement)suite à des raisons médical. Ca fait 2 semaines que je ne lui donne plus la tété mais il n'a pas l'air d'avoir oublié car il réclame toujours. je subi actuellement un traitement d'1 mois pour faire fondre un kyste à l'ovaire, ma question est si après ce traitement il recherche à nouveau la tété pensez-vous que s'est possible?

    Posté par anna, 23 mai 2016 à 14:17 | | Répondre
    • Vu la longueur de l'allaitement je crois qu'il n'y a rien d'impossible. Pendant la guerre des grands mères ont allaité leurs petits enfants, à partir du moment ou on a allaité une première fois et aussi longtemps je pense que c'est tout à fait possible. C'est plus le feeling, ce que vous ressentez. J'ai allaité moins de temps que vous (16 mois) et le sevrage s'est fait parce que j'ai voulu refaire du sport et mon fils n'a pas été content que je refuse de l'allaiter dans la minute ou j'étais de retour. Si bien qu'il a refusé la tétée par frustration. j'ai réessayé plusieurs jours et je ne me suis pas obstiné, j'ai considéré que c'était la fin. Votre enfant a pas loin de 4 ans et il a la mémoire et le langage. Je porte aucun jugement sur la longueur de l'allaitement c'est le feeling. Ne vous en voulez pas quoi qu'il en soit 3 ans et 8 mois c'est au top! Soyez fière de vous. Il a eu le meilleur lait qui soit et peu de mamans en ont autant fait! Vivez simplement et au feeling.

      Posté par olivia69, 23 mai 2016 à 16:16 | | Répondre
Nouveau commentaire